Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

17/10/2007

Un commissariat maudit

ca1b5a0e671d864c60255f1d88908541.jpgLa totale ! Après les puces, les rats et les cafards, le plomb et l'amiante !

SAINT-JOSSE Rien décidément n'épargnera le commissariat de la rue de Bériot, près de la place Madou. Après les nuisibles, le plomb et l'amiante ! Sans parler de l'électricité (souvent en panne) et du chauffage (qu'il a fallu couper, à la veille de l'hiver) : lieu de travail obligé de 139 policiers, le commissariat maudit de Saint-Josse est le seul en Belgique où il est fortement déconseillé pour la santé de consommer l'eau du robinet et fréquenter les garages et vestiaires en sous-sols.

Maudit ? C'est dans ce commissariat qu'en juillet, des policiers signalèrent la présence, dans leurs vestiaires, de rats de fort belle constitution avant de se plaindre de cruelles irritations et démangeaisons qu'une firme spécialisée, Parasit Clean , attribuait à la présence intra-muros de puces, cafards et psoques. Si les rongeurs et insectes parasites ont disparu, d'autres problèmes font surface dans ce bâtiment communicant que la police partage avec la maison communale.

Le 27 septembre, la police apprenait que, depuis la veille déjà, le personnel communal ne pouvait plus boire l'eau du robinet. Personne, à l'hôtel de ville, n'avait apparemment songé à prévenir le commissariat voisin alimenté par les mêmes conduites.

Selon certains, le problème de plomb avait déjà été détecté en juin - dans ce cas, il aurait fallu trois mois pour évaluer le risque sanitaire. Et comme l'eau de ville alimente les distributeurs, impossible aussi de se servir un cappuccino machine.

Le problème n'est pas réglé. Des morceaux de conduite suspects ont été remplacés... mais les responsables attendent, pour rétablir l'eau potable, les résultats des tests de la semaine passée. Depuis trois semaines, le commissariat est ravitaillé en eau de Spa (bouchon bleu) qui sert également à la préparation du café en percolateur, si vital à la bonne marche d'un commissariat.

Un souci n'arrivant jamais seul, voilà qu'il a fallu couper le chauffage à la veille de l'hiver.

Quoi d'autre ?

Et tout prévoit des travaux de longue durée : la commune a fait placer deux puissants groupes électrogènes, dont un sans doute moins nécessaire, mais coûteux, pour le commissariat (selon des chiffres, 8.700 € la première semaine). Quant à l'électricité, ça ne va guère mieux. La dernière panne date d'avant-hier : subitement, tous les PC des 5e et 6e étages du commissariat, sur lesquels des policiers rédigeaient leurs P.-V,... se sont éteints, faute de jus. Les nuisibles de l'été; l'eau plombée ; le chauffage; l'électricité...

Il y a de l'amiante à nu dans le commissariat maudit. Sa présence est confirmée dans les sous-sols au point que, depuis lundi passé, des ouvriers en combinaison étanche ont isolé les lieux. Le désamiantage a bien mal débuté : l'IBGE, attentif à la sécurité, les a fait stopper le lendemain. Pendant leur pause, les ouvriers de Renotec occupent le réfectoire réservé aux policiers, au deuxième, obligeant ces derniers à s'installer au sixième où un local peu employé possède canapé confortable, fauteuils, télé et table de salon.



Gilbert Dupont

© La Dernière Heure 2007

http://www.dhnet.be/infos/faits-divers/article/187472/un-...

Les commentaires sont fermés.