Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

15/11/2007

Mika - Une palette d'émotions infinie

b200bfefdc4263579d3758264cda1bcf.jpgMika a livré le concert de l'année dans un Forest National comble et comblé

Voir la vidéo

BRUXELLES Mika est devenu, en moins d'un an, le roi de la pop anglaise. Son succès fulgurant est mérité : outre le fait que son album, Life in cartoon motion, est indispensable désormais dans la discothèque de tout amoureux de musique de qualité, c'est une vraie bête de scène. Une présence à couper le souffle, des capacités vocales bluffantes, un sens du spectacle inné, Mika, que beaucoup comparent à Freddie Mercury et à raison, a fait montre de tout son talent, mardi soir, face à une salle archipleine et déchaînée.

Sa première apparition sur scène a provoqué une hystérie qui ne s'était toujours pas calmée deux heures plus tard. Baigné dans un rayon de lumière, planté dans un décor minimaliste (il se suffit à lui-même) le slim noir collé aux cuisses, Mika a lancé les festivités avec Relax (Take it easy). Il a refermé le show avec le même morceau, dans un délire propre à un Forest National sold-out. Mais durant l'heure et demie qui s'est écoulée entre les deux, on est passé par une palette infinie d'émotions. De la bonne humeur, d'abord, avec Big Girl (You're beautiful), hymne aux rondeurs. Du respect, ensuite : Mika parle un français impeccable (il a vécu en France durant huit ans) et a joué le jeu belge en traduisant ses interventions en néerlandais. On fut ensuite carrément emballée par l'énergie dégagée par Love Today mais aussi par la présentation de deux nouveaux titres qui figureront sur son deuxième disque. Avec des morceaux inconnus, il arrive à faire chanter en choeur huit mille personnes. C'est sûr, Mika ne sera pas l'artiste d'un seul album, son avenir s'annonce radieux.

On fut également bouleversée par Happy ending, déjà touchante sur disque, mais qui prend une dimension incroyable en live. Le jeune homme de 24 ans monta en puissance vocalement : ce fut juste magnifique. On rit enfin lors du final où, dans un joyeux bordel, Mika et son équipe déboulèrent sur scène, déguisés en animaux (le chanteur s'était attribué le costume du crocodile). Le concert s'est terminé en apothéose et quand les lumières se rallumèrent, Forest, debout comme un seul homme depuis le début, en redemandait encore...

C'était incontestablement le concert de l'année.

Déborah Laurent
© La Dernière Heure 2007
 
http://www.dhnet.be/culture/musique/article/190270/une-pa...


Vidéo:

 

Les commentaires sont fermés.