Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

28/02/2008

Le succès fou de "pauvre con"

2af2bc6015ba2dca33c2824fb9b045d5.jpg"Cassetoipauvrecon" est désormais un site Internet !

PARIS L'insulte lancée samedi par Nicolas Sarkozy à un visiteur du Salon de l'agriculture a franchi une nouvelle étape dans l'engouement des internautes qui ont réservé en série des noms de domaines "cassetoipauvrecon".

Les adresses en .com, .net, .org et .fr ont été réservées dimanche et lundi par des internautes, après l'altercation lors de laquelle le président de la République a lâché "Casse-toi alors ! Pauvre con" à l'intention d'un homme qui lui disait "Touche-moi pas ! Tu me salis".

La vidéo d'un journaliste du Parisien, saisissant cette brève algarade entre M. Sarkozy et un visiteur du Salon de l'agriculture, avait été consultée plus de 3 millions de fois, tous sites confondus.

Ce n'est pas la première fois qu'une vidéo de Nicolas Sarkozy trône au hit-parade des téléchargements sur Internet.

Une des plus visionnées a été celle de son altercation au Guilvinec le 23 novembre dernier avec un pêcheur qui l'avait insulté : "C'est toi qui a dit ça ? Ben descends un peu le dire ! [...] Viens, viens !", s'énervait alors le chef de l'État sur des images saisies par une caméra de télé et par un téléphone portable.

Plus récemment, une vidéo diffusée sur Canal+ puis reprise en boucle sur le Web montrait Nicolas Sarkozy convoitant - et empochant - un stylo lors d'une cérémonie de signature d'accords en Roumanie.

Que le chef de l'État traite son porte-parole David Martinon d'"imbécile" en marge d'une interview télévisée et, là aussi, la scène échoue sur la Toile.

Plus grave : les images montrant un président soi-disant ivre lors d'une conférence de presse au G8 d'Heiligendamm (Allemagne), qui continuent de circuler sur Internet malgré les démentis. Et la liste risque de s'allonger.

 


© La Dernière Heure 2008

http://www.dhnet.be/infos/monde/article/199958/le-succes-fou-de-pauvre-con.html

 

Les commentaires sont fermés.